• PierreBruno

Une journée au musée...


On la dit unique, magique, ou encore mythique, cette course fait rêver tant de spectateurs, de constructeurs, de team managers, tant de pilotes... Ce sont les 24 Heures du Mans. Depuis 1906, et à 86 reprises, cette course a réuni des dizaines de milliers de passionnés, chaque année, venus des quatre coins du monde.

Ces deux tours d'horloge, à la hauteur de leur succès, ont leur musée. Erigé en 1961 dans l'enceinte même du circuit, depuis 1991, le musée trouve place à l'entrée principale du circuit. Rebaptisé « Musée des 24 Heures-Circuit de la Sarthe » , en 2009, l'Automobile Club de l'Ouest l'a acquis en 2016, et inscrit dans un projet global de découverte de l'automobile, du passé au futur, s'appuyant sur les atouts offerts par les différents sites autour du circuit. Bien que situé à l'extérieur de l'enceinte, les 4000 m2 du musée communiquent directement avec la piste.

Le 25 janvier dernier, rendez-vous était pris avec l'histoire des 24 Heures, et de l'automobile en Sarthe. Un temps gris et brumeux régnait sur la ville aux exploits mécaniques, contrastant avec la chaleur éprouvante du mois de juin. Autre contraste marquant avec l'ambiance de la course en franchissant le seuil de la porte du musée, le calme... Juste quelques commentaires, ou bruits de moteurs diffusés par les hauts parleur à la boutique ou à l'intérieur du musée.

Passé le portique d'entrée, le sens de la visite est organisé anti-horaire et circulaire. Un clin d'oeil au fait de remonter le temps... à l'instar du point de départ de la visite situé à 16h00, si l'on reporte le plan du musée sur le cadran d'une horloge. 16H00 était l'heure de départ officiel de la course avant que celui-ci ne soit donné à 15h00.

Quelle belle entrée en matière pour le visiteur, que de parcourir cette longue galerie, intimiste, où seul l'éclairage des vitrines guide ses pas. Vingt quatre (!) grands noms qui ont fait Le Mans y sont évoqués. Parmi eux, G. DURAND, C. FAROUX, E. BUGATTI, A. GORDINI, H. FORD II, Mc QUEEN, JL LAGARDERE, J. RONDEAU ou encore H. PESCAROLO. Photographies, et objets divers agrémentent chacune des biographies. Au sortir de la galerie des hommes du Mans, le visiteur est invité à pénétrer dans une petite pièce circulaire tapissée des unes du journal l'Equipe, restituant la course dans son époque au fil du temps. La salle voisine , également circulaire, très lumineuse et vaste, retrace l'histoire de l'épreuve à travers des milliers de miniatures, de dioramas tous plus surprenants de réalisme les uns que les autres, ainsi que des vidéos.

Le Mans et l'automobile ne se résument pas aux 24 Heures. En effet l'espace suivant, la « génèse » , guide le visiteur dans les pas des précurseurs de l'automobile en Sarthe, dont les œuvres de la famille BOLLEE, constructeur automobile sarthois, les exploits de l'aviateur Wilbur WRIGHT (premier survol des Hunaudières en 1908) supporté par Amédé BOLLEE, la naissance de l'automobile club de la Sarthe avec Georges DURAND, père du Grand prix de l'A. C. F. Cet espace est agrémenté de modèles d'exception, de vitrines, de dioramas, d'un atelier reconstitué et de la calculatrice BOLLEE.

Le visiteur est ensuite invité à déambuler dans les « coulisses » des 24 Heures. Une salle dédiée aux à côtés de la course, la préparation, le village, les véhicules de secours ou publicitaires, les œuvres de peintres tel que Géo HAM (illustrateur du livre 24 Heures du Mans par R. LABRIC).

L'espace suivant, « l'essor » , fait la part belle à l'essor de l'automobile . Quelles soient populaires ou luxueuses, disparues, novatrices, les marques telles que De Dion Bouton, BOLLEE, Renault, Peugeot, Citroën, Hispano Suiza, Lorraine Dietrich, Chenard et Walker, Rosengart, Delahaye, Talbot, Bugatti, Rolls Royce, ou Cadillac sont représentées. Outre les véhicules, des vitrines jalonnent ce parcours de découverte, où sont présentés des accessoires pour l'automobile et son conducteur, des articles de voyage, des cartes routières, ou encore des panneaux de signalisation.

Cette dernière salle visitée surplombe la ligne de départ historique des 24 Heures et aura permit au visiteur, impatient d'y déambuler, d'en avoir un aperçu. De l'authentique Bentley 3 litres tourer sport victorieuse en 1924 à la non moins victorieuse Porsche 919 hybride de 2016, le visiteur est immergé dans la plus grande course d'endurance. Présentés par décennie, les modèles des marques victorieuses au classement général, mais également à l'indice de performance et énergétique en leur temps, s'offrent au regard du visiteur. Bentley, Chenard et Walker, Renault, Peugeot, DB, Simca Fiat, Ferrari, Lotus, Matra, Rondeau, Percarolo, Cadillac, Audi, Porsche...

Cette grille de départ présente, des années 20 aux années 2010 et plus, l'évolution de l'automobile. Les 24 Heures ont souvent été le laboratoire, ou le banc d'essai, d' évolutions technologiques transposées par la suite sur les voitures particulières. Le circuit du Mans était le seul a posséder une ligne droite de cinq kilomètres, les Hunaudières, permettant ainsi de mettre à rude épreuve mécaniques et pilotes. Ainsi on été testés au Mans les solutions d'économie de carburant, les freins à disque, les amortisseurs, les pneumatiques, les huiles moteurs, les phares à iode, les systèmes d'injection et d'allumage, le dessin des carrosseries... La Bentley de 1924 et la Porsche 919 hybride de 2016 sont distantes de plusieurs dizaines de mètres dans le musée, il est cependant aisé de mesurer cette formidable évolution dans le temps de l'objet automobile. Des souvenirs des éditions passées de la course, tel que billets d'entrée, ouvrages, peintures, photographies, tenues de pilote, sont présentées dans des vitrines tout au long de cette grille de départ reconstituée.

Le musée dispose d'un espace permettant d'accueillir des expositions temporaires. En cette fin d'année 2018 et début 2019, Porsche, constructeur présent chaque année sur la grille de départ des 24 Heures depuis 1951, s'expose à l'occasion des soixante dix ans de la marque.

En partenariat avec le Porsche Muséum Stuttgart, cette exposition retrace l'épopée de la marque aux 19 victoires au Mans. De la 356 à la 919 hybride, en passant par les 718, 904, 906, 907, 911, 917, 924, 935, 936, 962, 911 GT1. Ce ne sont pas moins de 16 Porsche qui sont présentées, certaines ont participé à l'épreuve, voir gagné, en partie prêtées par le musée Porsche, des collectionneurs privés, ou encore puisées dans le patrimoine du musée.

Avant que de pénétrer au cœur de l'exposition, le visiteur est interpelé par un mur de chiffres... 893 pilotes ont pris le départ des 24 Heures du Mans au volant d'une des 816 Porsche engagées, et 36 d'entre eux ont franchit la ligne d'arrivée en vainqueurs. L'ensemble de ces pilotes a parcouru 2 480 382 kilomètres sur les différents tracés du circuit depuis 1951.

« Au début, je regardais autour de moi sans parvenir à trouver la voiture de mes rêves : une voiture de sport petite, légère, utilisant efficacement son énergie. J’ai donc décidé de la construire moi-même. »

Cette citation de Ferry PORSCHE figure à l'entrée de l'exposition, elle guide les créations, les innovations et les réussites de la marque depuis le début. A l'invitation de Charles FAROUX, Ferdinand et Ferry PORSCHE engagent une première voiture aux 24 Heures du Mans 1951, première victoire en catégorie 751-1100 cc, et premier pas dans cette longue histoire entre PORSCHE et Le Mans. Cette histoire s'expose grandeur nature dans une mise en scène aux murs de briques, rappelant les locaux de Zuffenhausen, aux travers les différents modèles ayant pris part à la course, des affiches, des objets personnels, une mini salle de cinéma, l'évocation du garage de Téloché (base arrière Porsche lors des 24 Heures), ou des pilotes vainqueurs.

Le musée possède plus de 130 véhicules de collection, lesquels ne sont pas tous exposés en permanence. A ces modèles, s'ajoutent ceux prêtés par des collectionneurs, d'autres musées ou des constructeurs. Au gré des expositions temporaires, une nouvelle visite s'impose donc aux amateurs de belles mécaniques, d'autant que le musée est ouvert toute l'année.

Il est 17h30 lorsque je passe le portique dans le sens de la sortie, j'y suis entré à 10h00... avant de reprendre la route, je prends un moment pour déambuler dans la boutique du musée. Dehors la grisaille est toujours présente... vivement la vingt quatrième semaine de l'année.


Je souhaite remercier l'équipe communication du musée pour avoir répondu à mes différentes sollicitations dans la préparation de cette visite, aussi vite que possible, malgré une réorganisation des services.


Les horaires et tarifs ainsi que le programme des expositions temporaires sont disponibles sur le site du musée : www.lemans-musee24h.com


Du 1er mars au 19 mai 2019 à ne manquez pas l'exposition temporaire « LE MANS 1949 » .


Bonne visite !



PierreBruno


19 vues
Contact : pbphotography@sfr.frSiren : 838 279 990