• PierreBruno

Grand prix de l'âge d'or 2017 Circuit de Dijon Prenois

Du 9 au 11 juin dernier, trois semaines après SPA Classic, les amateurs et propriétaires de voitures de sport classiques avaient rendez-vous sur le circuit de Dijon-Prenois, pour le 53ème Grand Prix de l'Age d'Or. La première édition, en 1964, était disputée sur le circuit de Rouen les Essarts, avant de rejoindre le circuit de Linas-Montléry pendant quarante ans et finalement prendre ses quartiers, en 2005, à Dijon-Prenois. En 2014 Peter Auto en reprend l'organisation, fort de son expérience dans ce domaine (Le Mans Classic, Le Tour Auto …). Une météo estivale incitait les quelques 15000 spectateurs, sur trois jours, à venir apprécier le spectacle sur piste mais aussi dans les paddocks, libres d'accès, rapprochant ainsi concurrents et visiteurs, terrain propice aux échanges inter-générationnels. Le programme de ce meeting se composait de 10 plateaux pour 16 courses, des monoplaces de grand prix de l'après guerre aux prototypes du groupe « C » des années 80 vus aux 24 heures du Mans, en passant par un impressionnant plateau de GT des « sixties' Endurance » , des voitures de tourisme, la Formule 2 et la Formula Junior. Ces dix plateaux étaient complété d'un onzième, réunissant des GT et prototypes plus récents en démonstration sur le circuit, le Global Endurance Legends, là encore des bolides qui se sont affrontés sur la piste mancelle. Soit près de 280 bolides...

Quelques modèles d'exception figuraient sur les différentes grilles de départ. Citons la Howmet TX de 1968 engagée en Classic Endurance Racing. Cette voiture est la première, propulsée par une turbine, à remporté une épreuve, aux Etats Unis, pendant la phase de préparation des 24 heures du Mans 1968. Quatre Maserati 250F étaient inscrites en catégorie Historic Grand Prix Association, ce modèle permit à FANGIO de remporter son cinquième titre de champion du monde de F1 en 1957. Un autre modèle mu par un moteur six cylindres et qui permit à Mike HAWTOWN de gagner le championnat du monde en 1958, une Ferrari 246. Des Ferrari 275 GTB, 250 LM attiraient le regard dans le paddock et sur la piste, à l'instar de cette Porsche 917K au couleurs Martini, ou encore cette Porsche 908/3 des LOLA et autres Chevron. Le Circuit de Dijon vit la première victoire du moteur Renault turbo en Formule 1 en 1979, victoire quelque peu éclipsée par le duel Arnoux / Villeneuve dans le dernier tour de ce même grand prix pour la deuxième place. René Arnoux était présent lors du GPAO 2017, au volant d'une Shelby Cobra et d'une BMW M1. Un rendez-vous mécanique et sportif griffé Peter Auto s'accompagne généralement d'un partage de l'espace avec les clubs de propriétaires de belles mécaniques plus ou moins anciennes. Le GPAO ne dérogeait pas à la règle, ainsi clubs et individuels ont pu exposés leurs modèles dans l'enceinte du circuit sur des aires qui leur étaient réservées, mais également évoluer sur la piste à la pause déjeuner des concurrents des différent plateaux. Marchands et exposants divers complétaient l'offre de séjour sur le circuit de Dijon-Prenois.

Les résultats des différentes courses sont consultables sur le site de l'organisateur :

peterauto.peter.fr


10 vues
Contact : pbphotography@sfr.frSiren : 838 279 990